Article paru sur « http://marouteduvin.com »

Après avoir rencontré Marie-José Degas, je me suis dit « En fait, à côté, mamie D., elle est quasi sous calmant ».

Ceux qui connaissent mamie D., ma grand-mère, comprennent que Marie-José Degas, c’est de la dynamite. Elle n’y paraît pas comme ça, au tout premier regard. Joliment maquillée, la peau tannée par le soleil, le chemisier assorti à ses yeux clairs. Et puis, quand vous découvrez sa maison et son jardin, et que vous pigez qu’elle a tout fait elle-même, à partir de (presque) rien, vous la dévisagez plus sérieusement. Et quand vous apprenez qu’elle s’est retrouvée à la tête du domaine viticole, à 49 ans, sans rien connaître au métier, vous prenez votre courage à deux mains et vous lui dites : « Marie-José, il va falloir qu’on parle »….

>> Lire la suite de l’article